Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 14:42

L’idée de « main invisible » de Smith a légitimé et érigé le libéralisme économique au rang de système infaillible, car prétendument « autorégulé ».
Les économistes ont seulement oublié que cette « main invisible » ne concernait que l’ajustement spontané des prix entre producteurs et consommateurs grâce à la libre concurrence des entreprises (ce qui est exact, et correspond à la pensée réelle de Smith).
Ce qui est malheureusement vrai également, c’est qu’en période de chômage de masse (causée par exemple par un gain de productivité très élevé sans redistribution du temps de travail), les salaires de ceux qui travaillent chutent par l’effet d’un moins-disant salarial dans les négociations entre employeurs et employés. Cette baisse des salaires entraîne un appauvrissement de la population, une diminution de la consommation des ménages, une baisse des recettes fiscales, un accroissement des dépenses sociales et un surendettement des collectivités et des ménages. C’est précisément la situation que nous connaissons aujourd’hui.
Cependant qu’à l’inverse, le PIB continuant de croître, on assiste à une explosion des hauts revenus, des dividendes des actionnaires, de la masse des capitaux sur les marchés financiers et des bulles spéculatives dangereuses pour l’économie mondiale. C’est également ce que nous connaissons.
Ce cercle vicieux inégalitaire produit de l’aigreur et du ressentiment chez le peuple, lesquels s’expriment à terme sous la forme d’émeutes sociales et/ou de progression des partis extrémistes.
La « main invisible » de Smith légitime donc l’autorégulation du libéralisme économique (autrement dit de l’économie de marché) sur le plan de l’équilibre des prix entre producteurs et consommateurs, mais pas sur celui de l’équilibre entre salaires et revenus du capital dans une configuration de chômage de masse.
Si Smith avait constaté les dégât causés par le quintuplement de la productivité sans redistribution du temps de travail, en terme de chômage de masse et de baisse de salaire, il aurait probablement préconisé du keynésianisme pour une régulation de la distribution du temps de travail et de l’équilibre entre salaires et dividendes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Christophe Chomant - Social-Démocratie
  • : Actualités politiques du militant social-démocrate Christophe Chomant
  • Contact

Recherche

Archives