Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 13:02

Tant que des millions de personnes resteront au chômage, les salaires de ceux qui travaillent continueront de baisser (par le phénomène de moins-disant salarial), la pauvreté s’aggravera, les inégalités s’accentueront, les dépenses sociales augmenteront, les recettes fiscales diminueront, les déficits publics s’aggraveront, l’endettement public de la France se creusera plus encore et le FN progressera toujours plus.

Or, le chômage de masse est foncièrement causé par le quintuplement de la productivité depuis cinquante ans sans que la semaine de cinq jours de travail établie en 1945 n’ait été adaptée à ces gains de productivité révolutionnaires.
Le PIB de la France peut aujourd’hui être produit avec 20 % d’heures de main d’œuvre en moins.

Seules une réduction sensible et une redistribution (progressive) du temps de travail (quatre jours de travail par semaine) seront à même d’éradiquer le chômage de masse et tous les fléaux qu’il engendre en cascade.

Devant l’impuissance, l’immobilisme et la paralysie des partis politiques au pouvoir depuis trente ans, seuls un mouvement politique radicalement différent dans sa forme (comme par exemple Nouvelle Donne), ou une insurrection populaire, ou une grève générale, ou une révolution seront à même de réformer notre organisation sociale.
Il n’y a aucun espoir à attendre du système existant pour cette question du chômage de masse.

Comment redistribuer le temps de travail ?
Passer à quatre jours de travail n’est raisonnablement pas possible pour une petite entreprise artisanale (qui ne bénéficie pas de forts gains de productivité).
Une grosse entreprise ayant réalisé d’importants gains de productivité par robotisation ou informatisation, en revanche, est en mesure de réduire le temps de travail de ses salariés et d’en embaucher entre 10 et 20 %. Car ses bénéfices ont augmenté, sans qu’il n’y ait eu augmentation de ses coûts de main d’œuvre.

Les entreprises ayant réalisé de forts gains de productivité qui se sont soldés par d’importantes augmentations de dividendes ou de hauts salaires, et par des compressions de personnel (autrement dit des « licenciements boursiers ») doivent être fiscalisées de façon dissuasive avec pour objectif la réduction du temps de travail à 30 h et l’embauche.

Seules de telles mesures seront à même de nous faire revenir – progressivement – du chômage de masse au plein emploi.
Ces considérations ne concernent pas seulement la France, mais également nos voisins européens et l’ensemble des pays du G20.


Chr. Chomant, 03-11-2015

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Christophe Chomant - Social-Démocratie
  • : Actualités politiques du militant social-démocrate Christophe Chomant
  • Contact

Recherche

Archives